Communiqué de l'Assemblée Générale de l'AEM sur la liberté de religion et la solidarité envers l'Eglise persécutée

General November 20, 2008

1. Les membres ayant assisté à la 12ème Assemblée Générale de l'Alliance Evangélique Mondiale (AEM) affirment l'histoire de leur travail pour la liberté de religion pour tous les gens. Ceci était l'un des motifs de la fondation de l'Alliance Evangélique en 1846. Nous affirmons la défense des chrétiens persécutés et des adhérents d'autres confessions envers les gens des gouvernements, ceci ayant été exemplifié par les premières délégations de l'Alliance Evangélique envoyées vers le Sultan Turc et le Tsar Russe au 19ème siècle, et exprimé maintenant par l'oeuvre de la Commission de Liberté Religieuse de l'AEM, son ambassadeur de bonne volonté, et son Institut International pour la Liberté Religieuse.

2. Les activités de l'AEM à cet égard sont fondées sur les Saintes Ecritures qui révèlent que chaque être humain est crée à l'image de Dieu, ceci leur donnant une dignité indélébile.

3. L'AEM affirme ainsi les droits de l'homme tels qu'ils sont exprimés dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme à l'occasion du 60ème anniversaire de cette dernière.

4. L'AEM affirme la liberté d'exercer une religion ou d'en n'exercer aucune, comme il est défini par les déclarations pertinentes des Nations Unies. Le droit à la liberté de religion est indivisible et ne peut être affirmé pour un seul groupe en particulier à l'exclusion des autres.

5. L'AEM vise ainsi à travailler en collaboration avec tous ceux qui partagent ses buts de soutenir la liberté de religion, que ce soit des puissances politiques ou des représentants d'autres religion où même d'aucune. L'AEM affirme l'intention des chrétiens de vivre ensemble dans la paix avec les adhérents d'autres religions ou aucune et d'oeuvrer ensemble pour le bien commun et la réconciliation.

6. L'AEM différentie le fait de défendre les droits des membres d'autres religions ou ceux des adhérents à aucune religion, et le fait de soutenir la vérité que dit leurs croyances. Défendre la liberté des autres est possible sans obligatoirement accepter la vérité de leur croyance.

7. L'AEM prend au sérieux le commandement des Ecritures d'être aux côtés des persécutés. Lorsqu'une partie du corps de Christ souffre, nous souffrons avec eux, comme nous considérons que nous formons une partie de la communauté chrétienne mondiale.

8. L'AEM remarque avec une grande inquiétude la persécution grandissante des chrétiens à travers le monde. Nous avons entendu des rapports à notre assemblée disant que des chrétiens étaient tués et des églises brûlées en Inde, que des minorités chrétiennes étaient poussées à quitter l'Irak et de nombreux autres exemples de persécution grave et violente. Nous pleurons avec nos frères et soeurs et priont avec eux et pour eux, que le Saint-Esprit puisse les réconforter et les renforcer dans leur témoignage. Suivant l'exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, nous prions pour les persécuteurs pour que Dieu puisse les pardonner.

9. Les membres ayant assisté à cette assemblée appellent ainsi toutes les églises du monde entier à intercéder régulièrement dans la prière pour l'église persécutée, surtout dans leur cultes dominicaux. Nous les invitons aussi à nous rejoindre dans la Journée Internationale de Prière pour l'Eglise Persécutée et autres initiaties semblables. Nous appelons toutes les églises à approfondir et à enseigner une théologie biblique de persécution, à pratiquer un plaidoyer pour l'église persécutée et à oeuvrer pour la paix parmi les églises, ainsi qu'entre les chrétiens et les adhérents d'autres religions ou d'aucune religion.

10. Nous appelons les adhérents d'autres religions ou d'aucune religion à se joindre à nous dans les efforts effectués pour éliminer la persécution religieuse et pour restreindre ceux qui au sein de leurs communautés commettent des actes discriminatoires et violents.

12. Nous appelons les médias à rapporter la persécution religieuse dans le monde d'une manière libre de préjugés. Nous les appelons à traiter de ce viol massif et hautement répandu des droits de l'homme avec le même sérieux qu'envers d'autres viols des droits de l'homme. Nous appelons les médias à faire attention à ne pas être abusés par la désinformation et la diffamation sur les minorités religieuses.

12. Nous remercions tous les gouvernements qui ont protégé ou amélioré la liberté de religion dans leurs propres pays ou qui ont utilisé leur influence pour faire de même dans d'autres pays.

13. Nous appelons les Nations Unies, les autres agences internationales et les gouvernements nationaux pour faire tout ce qui est en leur pouvoir pour cesser de telles infractions brutales des droits de l'homme en contravention de la Déclaration Internationale des Droits de l'Homme et d'autres instruments internationaux.

14. Nous appelons les Nations Unies et le Conseil de l'ONU sur les droits de l'homme à prendre position contre toute tentative d'abaissement ou de diluement du droit de changer la religion de quelqu'un comme il est affirmé dans l'article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Résolu par les délégués présents à l'Assemblée Générale de l'AEM à Pattaya, en Thaïlande, le 30 octobre 2008.